wagonnier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Dérivé de wagon avec le suffixe -ier.
Attesté avec les orthographes wagonier et vagonier dans le Dictionnaire national français de Bescherelle de 1846.[1]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
wagonnier wagonniers
\va.ɡɔ.nje\
ou \wa.ɡɔ.nje\

wagonnier \va.ɡɔ.nje\ masculin (pour une femme on dit : wagonnière)

  1. Cheminot manœuvrant des wagons.
    • L’on manœuvre ces leviers au moyen de cordes passant sur des moufles, et chaque wagonnier peut enrayer de la sorte les roues de deux wagons. — (G. Pigeon, «De l’utilité, de la puissance et de la rapidité d’action des freins employés sur les chemins de fer, et de quelques appareils de ce genre, proposés pour éviter les accidents qui se produisent sur ces voies» (10 aout 1847), Mémoires de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, section des Sciences, tome 2, 1847)
    • Le wagonnier, pendant que le second wagon se remplit, conduit le premier dans la cuve du vigneron. — (Claude Le Gars (dir.), Des vignobles et des vins à travers le monde, 1996)
  2. Galibot, préposé à la conduite et à la manœuvre des wagonnets dans les mines.
    • Il était wagonnier dans une mine de charbon à Dortmund, où Henri naquit en 1920, et il décéda peu après de la tuberculose. — (Robert Gildea, Comment sont-ils devenus résistants ?, Éd. Les arènes, 2017)

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • wagonnier sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier