FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Fin (XVIIIe siècle). Dérivé de z’yeux, pluriel plaisant de œil, avec le suffixe verbal -er.

Verbe Modifier

zieuter \zjø.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) Regarder, observer.
    • Dans la chambre, le pante nous lâche un sigue. Mais il crânait, les poches pleines de pèze. Tu penses si je zieutais ! — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, Première partie, ch. I, Le Mercure de France, Paris, 1914)
    • Ce soir, ils ne se pressent pas les michés. Pourtant il fait beau, pas trop chaud avec ce vent, et zieutez-moi ce ciel plein d’étoiles. — (Marc Bernard, Une journée toute simple, 1950)
    • Tu n’arrêtes pas de le zieuter pendant que je te parle. — (Amélie Nothomb, Robert des noms propres, Éditions Albin Michel, Paris, 2002, page 141)
  2. (Argot) Guetter.
    • Je fais une dernière tentative en entrant dans une librairie. Je feuillette rapidement deux bouquins, je fais semblant de chercher un titre, je me débrouille pour zieuter la porte d'entrée, le flic y pénètre aussi. — (Amheliie & ‎Maryrhage, Jäger, 2017, page 35)
    • Je parle même pas des bougs camouflés en honnêtes travailleurs, et qui zieutent ceux qui ont de la maille en attendant le bon moment. C'est ça qui me vénèr le plus, gros. — (Geovani Martins, « P'tite virée », dans le recueil de nouvelles Le soleil sur ma tête, traduit du portugais (Brésil) par Mathieu Dosse, NRF/Gallimard, 2019)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier