Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1638) Attesté dans les Lettres de Richelieu[1]. Deux hypothèses sont proposées pour l’origine incertaine de l’expression :
  1. De l’expression occitan faire flori (« être dans un état de prospérité »)[1], où flori viendrait du latin floridus (« fleuri, couvert de fleurs »)[1].
  2. L'autre hypothèse du nom du héros Don Florès de Grèce venant du roman éponyme de Nicolas Herberay des Essarts[2]. Ce héros est un chevalier brillant et élégant et qui a pu inspirer le sens de succès de l’expression aujourd’hui[2]. Cette hypothèse est jugée moins probable par le TLFi[1].

Locution verbale Modifier

faire florès \fɛʁ flɔ.ʁɛs\ (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. Obtenir des succès, se faire une réputation.
    • Méprisant le théâtre d’amusement et de distraction qui fait florès à l’époque, l’auteur de Pelléas impose la tragédie intemporelle de l’irréversible et de la Nostalgie.— (Christian Lutaud, postface de "Pelléas et Mélisande" de Maurice Maeterlinck, Espace Nord, 2014)
    • Pourtant, le comte Hilaire de Chardonnet est l’inventeur d’un matériau qui a fait florès : la soie artificielle, que l’on appelle rayonne ou encore viscose, mélange de cellulose et de collodion. — (Frédéric Plancard, Un homme qui ... rayonne, Le Mag n° 107, 24 septembre 2017)
    • Si l’adjectif « bipolaire » est détourné, d’autres termes à consonance psychiatrique sont, eux, tout simplement inventés – et ils font florès dans le langage courant. — (Lorraine de Foucher, « Bipolaire, schizophrène, pervers narcissique… C’est vite dit ! », Le Monde. Mis en ligne le 7 décembre 2018)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d « faire florès », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  2. a et b Gilles Henry, Petit dictionnaire des expressions nées de l’Histoire, Texto, 2017, page 17