hemisphaerium

LatinModifier

ÉtymologieModifier

Du grec ancien ἡμισφαίριον, hêmisphaírion.

Nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif hemisphaerium hemisphaeria
Vocatif hemisphaerium hemisphaeria
Accusatif hemisphaerium hemisphaeria
Génitif hemisphaeriī hemisphaeriōrum
Datif hemisphaeriō hemisphaeriīs
Ablatif hemisphaeriō hemisphaeriīs

hemisphaerium \Prononciation ?\ neutre

  1. Hémisphère.
    • Hemicyclium excavatum ex quadrato ad enclimaque succisum Berosus Chaldaeus dicitur invenisse; scaphen sive hemisphaerium dicitur Aristarchus Samius, idem etiam discum in planitia; arachnen Eudoxus astrologus, nonulli dicunt Apollonium; plinthium sive lacunar, quod etiam in circo Flaminio est positum, Scopinas Syracusius; pros ta historumena, Parmenion, pros pan clima, Theodosius et Andrias, Patrocles pelecinum, Dionysodorus conum, Apollonius pharetram, aliaque genera et qui supra scripti sunt et alii plures inventa reliquerunt, uti conarachnen, conicum plinthium, antiboreum. — (Vitruve, De architectura)
      L'hémicycle creusé dans un carré et construit sur un plan réclinant, est, dit-on, de l'invention de Bérose le Chaldéen. Le scaphé ou hémisphère est d'Aristarque de Samos, aussi bien que le disque horizontal. L'araignée appartient à l'astronome Eudoxe; quelques-uns disent à Apollonius. Le plinthe ou brique, celui-là même qui a été placé dans le cirque de Flaminius, a été inventé par Scopinas de Syracuse; le πρὸς τὰ ἱστορούμανα (Pour les endroits dont on parle dans l'histoire) par Partnénion ; le πρὸς πᾶν κλῖμα (Pour tous les climats.) par Theodosius et Andreas. Patrocle a inventé le pelecinon; Dionysiodore, le cône; Apollonius, le carquois. Les auteurs cités plus haut, et quelques autres, nous ont encore laissé un certain nombre d'horloges de leur invention, comme le gonarque, l'engonate, l'antiborée. — (traduction)
  2. (Architecture) Dôme.

VariantesModifier

SynonymesModifier

RéférencesModifier