Voir aussi : ulcere, ulcéré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin ulcus (sens identique, forme archaïque : hulcus) via son génitif ulceris. D’une racine indo-européenne *helk-es qui l’apparente au grec ancien ἕλκος, hélkos (« blessure, plaie »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ulcère ulcères
\yl.sɛʁ\

ulcère \yl.sɛʁ\ masculin

  1. (Médecine) Ulcération persistante, chronique. Plaie ancienne et ne tendant pas à cicatrisation. (En particulier) Une telle plaie à l'estomac.
    • La sanicle est une de ces plantes autrefois célèbres, comme vulnéraires ; […]. Elle est utile pour déterger les ulcères. — (Chanoine Clavel de St.-Geniez, Traité pratique et expérimental de Botanique, tome 1, page 175, Louis Vivès à Paris, 1855)
    • D’autres […] pratiquent dans le nez des lésions simulant les ulcères de la morve, et cautérisent adroitement les dilacérations, ordinairement avec le nitrate d’argent. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • J’ai pas mal au foie, personne fait plus ça
      J’ai un ulcère, c’est moins banal et plus cher
      — (Boris Vian, J’suis snob, 1955)
    • On ignore s’il avait déjà reçu l’arrêt du médecin : les ulcères, vieux mal dont il avait pris l’habitude, ont fait place à un cancer à l’estomac, inopérable à l’époque : ses jours sont comptés. — (Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, page 309)
    • « Putain de bordel de merde », marmonne-t-il pendant que les six centilitres de Black Ribbon vingt et un ans d'âge brûlent son ulcère à vif. — (Erik Axl Sund, Les visages de Victoria Bergman, volume 3 : Catharsis, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, Actes Sud Littérature, 2014)
  2. (Figuré) Source de problèmes sociaux.
    • Douanes et contrebande, deux ulcères de nos sociétés. — (Toepffer, Nouv. genev., 1839, page 360)
  3. (Figuré) Blessure morale.

NotesModifier

  • Au dix-septième siècle, l’usage hésitait sur le genre ; mais il est surprenant de lire encore, au dix-neuvième :
  • Mais toutefois, s’il y a quelque ulcère apparente, le vendeur de mauvaise foi […] vous dira que la plaie que vous apercevez est due à l’introduction de ces corps étrangers, […]. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  • La répugnante ulcère. — (Raymond Aymé, Odes et ïambes, Ïambes à LL. AA. RR. Mgr le Comte et la Comtesse de Paris ; Imprimerie Blais, Roy et Cie, Poitiers, 1888, page 15)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe ulcérer
Indicatif Présent j’ulcère
il/elle/on ulcère
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’ulcère
qu’il/elle/on ulcère
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
ulcère

ulcère \yl.sɛʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de ulcérer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de ulcérer.
    • À la longue, les téguments s’œdématient, la peau s’ulcère au contact des vêtements ; on a même vu les malades maigrir et se cachexier. — (Simon Emmanuel Duplay, Traité de chirurgie, 1892, page 332)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de ulcérer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de ulcérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de ulcérer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • ulcère sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnagrammesModifier

RéférencesModifier