Différences entre les versions de « étonner »

23 octets ajoutés ,  il y a 11 mois
m
Autoformatage, ajout de "lang-mot-vedette" dans {{recons}}
(Ajout d'un fichier audio de prononciation depuis Lingua Libre)
m (Autoformatage, ajout de "lang-mot-vedette" dans {{recons}})
== {{langue|fr}} ==
=== {{S|étymologie}} ===
:Faisait ''[[estoner#fro|estoner]]'' en ancien français, du latin populaire {{recons|lang-mot-vedette=fr|extonare}}, avec changement de préfixe, du {{étyl|la|fr|mot=adtonare}} (« frapper de la foudre, frapper de stupeur »{{cf|é-|tonner|lang=fr}}).
 
=== {{S|verbe|fr}} ===
#* ''J’écoute le vaguemestre nous lire le courrier qui part : il approuve sans réserve la carte du colonel : ''Tout va bien'', mais '''est étonné''' par celle du capitaine adjoint qui écrit à ses deux fillettes : ''Bonjour dominical du papa'' : Il n’aurait jamais cru que c’était un calotin !'' {{source|{{w|Jean Giraudoux}}, ''Retour d’Alsace - Août 1914'', 1916}}
#* ''Il traita d’abord Joséphine de putain, chose affirma-t-il qui ne l’'''étonnait''' guère attendu qu’elle était la fille de sa mère.'' {{source|{{w|Louis Pergaud}}, ''[[s:Joséphine est enceinte|Joséphine est enceinte]]'', dans ''{{w|Les Rustiques, nouvelles villageoises}}'', 1921}}
#* ''Moi qui connais bien Hélène, je n’'''ai''' guère '''été étonné''' de la voir entamer une idylle avec un homme jeune, de vingt ans son cadet. Elle est ce qu'on appelle aujourd'hui une cougar. Elle a toujours été une croqueuse d'hommes, rien de neuf donc...'' {{source|François Robin, ''Landerneau revivra : Une ville en campagne'', L'Harmattan, 2013, p.page 210}}
#* ''L’anti-monte-lait '''étonne''' d'abord en tant que mot : c'est un nom composé, mais composé de trois bouts. Il n'y en a pas des masses dans notre lexique, et on ne sait pas trop bien s'il faut des traits d'union, combien, et où.'' {{source|{{w|Jacques Gaillard (écrivain)|Jacques Gaillard}}, ''Qu'il était beau mon Meccano : 21 leçons de choses'', Mille et une nuits, 2009}}
#* ''Lino est apparu par la porte d'entrée, en se frottant les mains l'une contre l'autre pour les réchauffer. De la buée sortait de sa bouche à chacune de ses respirations. Tu '''m'étonnes''' que je me caillais les miches avec mon petit paletot sur le dos.'' {{source|Mélisa Godet, ''Les Augustins'', éd. Jean-Claude Lattès, 2014}}
4 776 023

modifications