ambiguïté

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin ambiguitas.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ambiguïté ambiguïtés
\ɑ̃.bi.ɡɥi.te\

ambiguïté \ɑ̃.bi.ɡɥi.te\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. État de ce qui est ambigu, de ce qui peut être compris dans deux sens différents ou plus.
    • En l'état actuel des grammaires locales de levée d’ambiguïté, de très nombreuses configurations syntaxiques sont opaques et elles devraient le rester très longtemps, d'ici à ce que l'on puisse à coup sûr les soumettre à des automatismes. — (Jean-Marie Viprey, « DIATAG : convivialité d'étiquetage des ambigus réels,; application pour les formes composées » , dans INTEX pour la linguistique et le traitement automatique des langues, sous la direction de Claude Muller, ‎Jean Royauté & ‎Max Silberztein,Presses Univ. Franche-Comté, 2004, page 271)
    • La conséquence de ce complexe d’ambivalences est une série d’ambiguïtés aux niveaux différents du statut du texte littéraire, du traitement didactique de ce texte, et des fonctions de l'enseignant. — (Christian Puren, « Ambiguïtés et ambivalences dans le traitement didactique du texte littéraire dans l'enseignement de l'espagnol en France » , dans Ambiguïtés, ambivalences, textes réunis par Anne-Marie Vanderlynden, Cahiers du CRIAR n° 14, Publication Univ. Rouen-Le Havre, 1995, page 188)
    • Faire hésiter le spectateur entre sa réalité et celle que le spectacle lui propose, cʼest ce que J. Morel a appelé à propos du théâtre de Rotrou, la dramaturgie de lʼambiguïté. — (Georges Forestier, Le théâtre dans le théâtre sur la scène française du XVIIe siècle, 1981)
    • Le philosophe doit éviter les ambiguïtés ou les plurivocités, et décider du langage qu'il entend au juste parler. Dans le cas contraire, les portes sont grandes ouvertes aux malentendus. — (Robert Zimmer, Petites distractions philosophiques: Comment apprendre à penser sans jamais s'ennuyer, Librairie Vuibert, 2017, chap. 1)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

NotesModifier

On prononce le u : \ɡɥi\ et non pas \ɡi\.
Les rectifications orthographiques de 1990 ont déplacé le tréma sur le u pour préciser que le u se prononce. → voir ambigüité.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier