Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
Ce proverbe apparaît dans "Matinées sénonoises, ou proverbes françois", 1789 [[1]]

Proverbe Modifier

 
Ce que femme veut, Dieu le veut.Grandville, Cent Proverbes, 1845 [3]

ce que femme veut, Dieu le veut \sə kə fam vø djø lə vø\

  1. Les femmes finissent toujours par obtenir ce qu’elles veulent.
    • Elle n’ignorait pas quel risque elle courait en essayant de réaliser son rêve ; mais c’était un rêve de femme, et elle s’était dit en sortant de chez elle : « Ce que femme veut, Dieu le veut. » — (Alfred de Musset, Le Fils du Titien, 1838, dans Œuvres complètes, Alphonse Lemerre, t. 7, 1867, p. 281)
    • — Faites que Flandrine veuille bien m’épouser.
      — Impossible, fieu ! Ce que femme veut...
      Dieu le veut, je le sais ; mais ce qu’elle ne veut point ?
      — Ce qu’elle ne veut point, le diable lui-même y perdrait ses cornes.
      — (Charles Deulin, Cambrinus, 1868, chap. 1)

NotesModifier

La première moitié de ce proverbe [1] est souvent citée seule : « Ce que femme veut... », tandis que la seconde motié peut varier de manière tantôt humoristique, tantôt sérieuse : « Mais ce que femme veut. si Dieu ne le veut pas, le diable du moins y aide. » [2]

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « ce que femme veut, Dieu le veut [Prononciation ?] »
  • France (Toulouse) : écouter « ce que femme veut, Dieu le veut [Prononciation ?] »

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  • « femme », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  • [1] Sans prétendre en expliquer l’origine, Léon Bloy a fait le rapprochement entre ce proverbe et la parabole des Noces de Cana : « Qu’il te soit fait selon ton désir, dit Jésus à la Chananéenne. Ma volonté est avec ta volonté. » — Exégèse des lieux communs, Mercure de France, Paris, 1902, p. 286.
  • [2] Olympe Audouard, À travers l'Amérique, North America, États-Unis, E. Dentu, Paris, 1871, p. 235.
  • [3] Pierre-Marie Quitard commente ainsi ce dessin : « On y voit un marchand tenant un cachemire, un mari lisant la facture avec une espèce de contorsion qui signifie que madame doit renoncer au précieux tissu, et celle-ci pressant sur son sein le bras du Père Éternel, dont le geste commande la soumission au mari récalcitrant. » — Proverbes sur les femmes, l’amitié, l’amour et le mariage, Garnier frères, Paris, 1889, p. 12.
  • [4] Le proverbe est utilisé comme titre de l’un des chapitres de La Reine Margot, d’Alexandre Dumas.