défrayer la chronique

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Voir défrayer et chronique.

Locution verbale Modifier

défrayer la chronique \de.fʁɛ.je la kʁɔ.nik\ intransitif (se conjugue → voir la conjugaison de défrayer)

  1. (Familier) Constituer le sujet de toutes les conversations, souvent avec un sens négatif.
    • Jusqu’au dernier bachot, mon ami Georges Galard défraya la chronique familière du lycée. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 12)
    • On ignore s'il trouvait quelque réconfort auprès de sa mère, car Bonne de Luxembourg était l'effacement même, encore que sa mort défrayât la chronique. — (Georges Bordonove, Les Rois qui ont faits la France : Charles V, 1364-1380, fils de Jean II le Bon, Pygmalion, 1985 & 2012, chap.5)
    • Bien que catholique de gauche, je vous assure, Monsieur l’Abbé, que je continue de soutenir mon archevêque, quelles que soient ses options : ses propos sur la maladie du sida, énoncés il y a plusieurs années déjà, sans qu’à l’époque ils ne défrayassent la chronique, […], peuvent être considérés comme maladroits mais, surtout, ont été déformés et volontairement mal interprétés. — (Pierre Piccinin, Lettre ouverte à Monsieur l’Abbé Gabriel Ringlet, sur la page "Je vous dois quelques explications", par Mgr Léonard, sur www.france-catholique.fr, 5 novembre 2010)

TraductionsModifier

PrononciationModifier