jaune soufre

FrançaisModifier

 

ÉtymologieModifier

De jaune et soufre.

Locution nominale Modifier

jaune soufre \ʒon sufʁ\

  1. Jaune évoquant la couleur du soufre.
    • On voit très-peu de chapeaux de femme au Prado ; à l’exception de quelques galettes jaune-soufre, qui ont dû orner autrefois des ânes instruits, il n’y a que des mantilles. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Il paraissait presque Parisien avec ses bottes soigneusement cirées, ses gilets jaune soufre, ses redingotes justes, ses riches cravates de soie, ses pantalons à la mode. — (Honoré de Balzac, Les Paysans, 1845, deuxième partie, chapitre premier)
    • Tout cela appartenait à un petit feutre Louis XI jaune soufre et à une nuque très blanche. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 298)

TraductionsModifier