méliphage tui

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De méliphage et tui, du maori tūī qui désigne cet oiseau.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
méliphage tui méliphages tuis
méliphages tui
\me.li.faʒ ty.i\
 
Un méliphage tui

méliphage tui \me.li.faʒ ty.i\ masculin

  1. (Ornithologie) Espèce de grand passereau endémique de Nouvelle-Zélande, se nourrissant surtout de nectar et de fruits, également appelé tui cravate-frisée à cause de plumes blanches frisées sous la gorge, et capable d’imiter la voix humaine.
    • En plus des Kiwis, bien d’autres animaux sont à observer sur l’île : le Râle wéka (petit oiseau de la famille des rallidés), le Kakapo (une espèce de perroquet nocturne endémique au pays, qui, tout comme le Kiwi, est incapable de voler) différentes espèces de manchots, ou encore l’étonnant et bruyant Méliphage Tui capable de reproduire toutes sortes de sons… — (Découvrez Stewart Island, voyagenouvellezelande.eu)
    • Le Méliphage tui est un oiseau forestier bien connu pour ses chants émis avant l’aube. Cette espèce est endémique de Nouvelle Zélande. Il se nourrit de nectar, ce qui fait de lui un pollinisateur important. — (Nicole Bouglouan, Méliphage tui ou Tui cravate-frisée, oiseaux-birds.com)
    • Tui (Méliphage tui). Notre oiseau favori de NZ. Tout noir avec deux touffes de plumes blanches au menton. Son chant est tout simplement fabuleux! — (Carnet du naturaliste: Nouvelle-Zélande, ailleurs-ici.com)
    • Les mâles Méliphages tui, oiseaux endémiques de Nouvelle-Zélande, deviennent particulièrement agressifs s’ils entendent qu’un autre mâle, bon chanteur, est dans les parages. — (Anne-Sophie Tassart, Les mâles Méliphages tui sont plus agressifs envers les rivaux qui chantent mieux qu’eux, sciencesetavenir.fr, 24 octobre 2017)

NotesModifier

  • En biologie, le genre, premier mot du nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. Par exemple : Homme moderne : Homo sapiens, famille : Hominidae. Quand ils utilisent des noms en français, ainsi que dans d’autres langues, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs à l’espèce (par exemple : les Hominidés, ou les hominidés).
    Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut signifier que l’on parle non pas d’individus, mais de l’espèce (au sens du couple genre-espèce), du genre seul, de la famille, de l’ordre, etc.

SynonymesModifier

HyperonymesModifier

(simplifié)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier