maison de tolérance

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de maison et de tolérance.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
maison de tolérance maisons de tolérance
\mɛ.zɔ̃ də tɔ.le.ʁɑ̃s\

maison de tolérance \mɛ.zɔ̃ də tɔ.le.ʁɑ̃s\ féminin

  1. (Administration) (Avant 1948 en France, date de l’interdiction de tels établissements) Maison de prostitution règlementée par l’autorité publique.
    • L’idéal de la police de ce temps, comme du temps de Solon, comme aujourd’hui, est de concentrer la débauche dans des maisons de tolérance. — (Yves Guyot, La Prostitution, 1882)
    • Vous savez que la prostitution est très sévèrement réglementée... Cette femme ne peut sortir de prison que pour entrer à la maison de tolérance... — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Quand le paysan avait à désigner la maison de tolérance il l'appelait « la grande Pécherie ». — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 273.)
    • En revanche, la maison de tolérance sera accessible aux agents de l'administration ; les chambres où se rencontrent filles et clients ne devront pas être munies de verrous et leurs portes seront vitrées ; […]. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)

SynonymesModifier

→ voir maison close

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   maison de tolérance figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : maison.

TraductionsModifier

RéférencesModifier