Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir pétrichor

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
petrichor petrichors
\pe.tʁi.kɔʁ\

petrichor \pe.tʁi.kɔʁ\ masculin (Indénombrable)

  1. Variante orthographique de pétrichor, empruntée à la graphie anglaise.
    • La nature exacte de ce (ou ces) facteurs n’est cependant pas connue avec précision. La présence d’une substance appelé [sic : appelée] « petrichor », responsable de l’odeur caractéristique consécutive à de fortes pluies sur un sol sec, a parfois été évoquée comme stimulus final déclenchant la ponte chez quelques espèces de poissons comme C. gariepinus (voir Van Der Waal, 1974). — (C. Lévêque, ‎Michael N. Bruton, ‎G. W. Ssentongo, Biologie et écologie des poissons d’eau douce africains, Éditions de l’ORSTOM, 1988)
    • Ça sentait bon le blé et le petrichor. Comme dans… un champ. Son sang se figea, sa nuque se raidit. Une brise se leva, l’emmaillota d’un manteau frais qui le fit frissonner. À moins que sa terreur fût l’unique responsable. — (Aude Réco, Histoires fantomatiques, 2014)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

→ voir pétrichor

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(1964) Dérivé de ichor (« ichor, sang des dieux ») avec le préfixe petro- (« relatif à la roche ») ; du grec ancien πέτρα, pétra (« pierre ») et de ἰχώρ, īkhṓr (« sang, fluide »). Terme créé en 1964 par Isabel Joy Bear et Roderick G. Thomas dans la revue anglophone Nature.

Nom commun Modifier

petrichor \ˈpɛ.tɹaɪ.kɔː\ (Indénombrable)

  1. Pétrichor.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  • Isabel Joy Bear, Roderick G. Thomas, Nature of argillaceous odour, Nature, vol. 201, no. 4923 (mars 1964), pp. 993–995
  • Isabel Joy Bear, Roderick G. Thomas, Petrichor and plant growth, Nature, vol. 207, no. 5005 (septembre 1965), pp. 1415–1416