prince-évêque

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

 Composé de prince et de évêque.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
prince-évêque princes-évêques
\pʁɛ̃.s‿e.vɛk\

prince-évêque masculin

  1. (Noblesse) (Religion) Titre que portaient les évêques qui gouvernaient une principauté du Saint-Empire romain germanique ou avaient reçu le titre de prince du Saint-Empire.
    • Successeur et lieutenant du Christ dans le diocèse de Liège, prince d'Empire et prince de l'Église, souverain féodal et foncier, monarque temporel et pasteur de l'Église romaine, le prince-évêque de Liège des XIIIe et XIVe siècles rassemble entre ses mains l'ensemble du gouvernement, de la juridiction et de la législation de la principauté. — (Alain Marchandisse, La fonction épiscopale à Liège aux XIIIe et XIVe siècles: étude de politologie historique, Librairie Droz, 1998, p. 487)
    • Les ambitions absolutistes des princes-évêques se sont brisées au veto financier des États. Princes électifs, les archevêques n'ont pas la même influence sur le destin de leur principauté que les monarchies héréditaires, dont la continuité est sanctifiée par des traditions séculaires. — (Alois Schumacher, Idéologie révolutionnaire et pratique politique de la France en Rhénanie de 1794 à 1801 : l'exemple du pays de Trèves, Annales littéraires de l'Université de Besançon/Collection du Bicentenaire de la Révolution française, 1989, page 147)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier