principe de précaution

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin du XXe siècle) Locution composée de principe et de précaution.

Locution nominale Modifier

Singulare tantum
principe de précaution
\pʁɛ̃.sip də pʁe.kɔ.sjɔ̃\

principe de précaution \pʁɛ̃.sip də pʁe.kɔ.sjɔ̃\ masculin

  1. Prudence appliquée à la santé publique.
    • Si l'on pousse le curseur un peu plus loin, le principe de précaution bascule peu à peu dans le précautionnisme. C'est sa version maximaliste, presque une idéologie. — (Guillaume Poitrinal, Plus vite !: La France malade de son temps, Grasset, 2012)
    • Le principe de précaution va consister à agir en amont afin d'empêcher un dommage à l'environnement. Il a vocation à s'appliquer alors même que le risque n'est pas certain. Ce faisant, ce principe de « l'incertitude » se distingue du principe de prévention qui lui va pouvoir s'appliquer dès lors qu'un risque pour l'environnement est identifié. — (Jean-Claude Zarka, Grands principes du droit de l'environnement, Gualino éditeur/Lextenso éditions, 2015, p.30)
  2. (Par extension) Prudence prévoyant le pire appliquée lors de planification ou d’un procédé décisionnel.
    1. (Écologie) Principe selon lequel l’éventualité d’un dommage susceptible d’affecter l’environnement de manière grave et irréversible appelle, malgré l’absence de certitudes scientifiques sur les risques encourus, la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et l’adoption de mesures provisoires et proportionnées au dommage envisagé.
NotesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier