LatinModifier

ÉtymologieModifier

Entre suadeo et suavis, il existe une parenté certaine [1], quoique peu visible au premier coup d’œil. Le verbe signifiait à l’origine « rendre agréable au gout » ; l’acception « persuader [une chose à quelqu'un] » est une métaphore.
La métaphore a peut-être été en sens contraire si l’on admet que suadere soit un dérivé de uadere avec le préfixe s- et la parenté avec le tchèque svádím, s-vedu (« je séduis »), de vedu (« je conduis ») et que le sens propre n’est pas « rendre doux » mais proprement « conduire, guider, conseiller », puis « rendre acceptable, plaisant » ; en sanscrit svādáyati (« conseiller ») est lui aussi lié à svādú (« doux, mielleux ») ; en grec ἡδύς, hêdus (« doux, plaisant ») et ἡδονή, hêdonê (« plaisir ») à ἥδομαι, hêdomai (« prendre plaisir »), ἁνδάνω, handánô (« faire plaisir, gratifier ») [2] et au plus « sérieux » ἅδος, hádos (« décret, décision »).

Verbe Modifier

suādeō, infinitif : suādēre, parfait : suāsī, supin : suāsum \Prononciation ?\ transitif intransitif (voir la conjugaison)

  1. Conseiller, faire agréer, donner un conseil, persuader, exhorter, recommander.
    • neque veto, neque suadeo, Plaute
      je ne défends ni ne conseille.
    • recte suades, Terence
      ton conseil est bon.

Note : Par convention, les verbes latins sont désignés par la 1re personne du singulier du présent de l’indicatif.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier