Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Vers 1850. Du français « faveur » (« bienveillance », « soutien »), par extension de sens.

Locution adverbiale Modifier

à la faveur de \a la fa.vœʁ də\ invariable

  1. Grâce à ; par la circonstance de.
    • Le Doubs prend sa source à Mouthe (25) […] : il passe d'un val à l'autre en franchissant les monts par des cluses ou à la faveur de l'Accident de Pontarlier. — (Lydie Joan, Carte archéologique de la Gaule: Le Doubs et le territoire de Belfort ; 25 & 90, Éditions MSH, 2003, page 90)
    • Nul autre pays au monde n'abrite davantage de mammifères. Quelques-unes des espèces les plus emblématiques, comme le jaguar et le loup à crinière, sont presque impossibles à apercevoir. D'autres en revanche, dont les coatis, les capybaras et des singes en tout genre, peuvent s'observer à la faveur d’une excursion. — (Brésil, version numérique, Lonely Planet, 2011)
  2. Au moyen de ; à l’aide de.
    • La veille même du combat de Zouafques, le prince Thomas avait emporté plusieurs redoutes à la faveur desquelles il rétablit aussitôt ses communications avec les assiégés; […]. — (Mémoires authentiques du duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils, Paris : 1843, vol.1, p.C)
    • Il s’est évadé à la faveur d’un déguisement.
Note : Cette locution s’emploie plutôt pour désigner les circonstances par lesquelles une action s’accomplit. Dans ce sens, à la faveur de la nuit doit se comprendre comme « grâce à la bienveillance de la nuit », « avec le soutien complice de la nuit ». Elle s'emploie plus rarement pour indiquer le moyen de l'action (sens 2 ci-dessus).

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier