Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1863) Du latin aedicula (« petit édifice »). Ædicula étant le diminutif de ædes (« édifice »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
édicule édicules
\e.di.kyl\

édicule \e.di.kyl\ masculin

  1. (Religion) Chapelle ou partie d’édifice religieux.
  2. (Religion) Petite chapelle servant de reliquaire, de tabernacle.
  3. (Ethnologie) Chez les Amérindiens, petite hutte servant à des rituels chamanes.
    • Ainsi enfermé, le chamane convie par ses chants les esprits susceptibles de lui délivrer des nouvelles, lesquelles se manifestent habituellement par le tremblement de l'édicule – une pratique rituelle, la « tente tremblante », répandue parmi les Indiens d'Amérique du Nord. — (Gilles Havard, L'Amérique fantôme, Flammarion Québec, 2019, p. 185)
  4. (Architecture) Petite construction sur la voie publique.
    • La gravure que nous donnons est de beaucoup postérieure à l’époque de Perette, la piloriée; mais l’édicule des halles était fort ancien et le mode d'exposition traditionnel. — (Gustave-Joseph Witkowski, Accoucheurs et sages-femmes célèbres : Esquisses biographiques, Paris : G. Steinheil, 1891, page 5)
    • J’habite une maison voisine qu’on appelle volontiers le château du village, moins à cause de son importance que par la comparaison des édicules environnants. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
  5. (Populaire) (Par plaisanterie) Vespasienne.
    • Vivier. Vieux sénateur. Vieux cochon. Bon républicain. S’est fait pincer vingt fois dans un édicule municipal en posture d’exhibitionniste. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 184)

Variantes orthographiquesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

→ voir édifice et -cule

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • édicule sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier