armée mexicaine

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Par référence à la révolution mexicaine, où l’armée révolutionnaire, y compris beaucoup de ses généraux, était perçue de l’extérieur comme composée principalement de paysans sans formation militaire.
L’expression sous-tend l’incapacité à diriger avec plusieurs donneurs d’ordres incohérents, et surtout une organisation où tout le monde occupe un poste honorifique.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
armée mexicaine armées mexicaines
\aʁ.me mɛk.si.kɛn\

armée mexicaine féminin

  1. (Ironique) Organisation inefficace dont la structure hiérarchique comprend un surnombre de chefs et supérieurs.
    • TF1 ressemblerait ainsi au cliché d’une « armée mexicaine » d’officiers en surnombre. — (Marcel Fournier et Fernand Faure, dans Revue politique et parlementaire, 1983.)
    • En diminuant les départs vers l’extérieur, on obtient donc des chefs en surnombre et peu d’exécutants. Pour décrire ce syndrome, en France, on a coutume de parler d’armée mexicaine, ce qui fait référence à une époque révolue, celle de Pancho Villa, dont la légende dit que cette armée comprenait (presque) plus de colonels que de soldats… — (Hervé Lehning, « Graphiques, statistiques et économie : des mariages de raison », Mathématiques et économies, Bibliothèque Tangente no 62, janvier 2018, page 147.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  • « top heaviness », dans Organisation de coopération et de développement économiques, OECD Economics Glossary, 2006, p. 505

Voir aussiModifier