Français modifier

Étymologie modifier

(Siècle à préciser) Du latin sopire (« endormir ») via un bas-latin *assopire (« faire s'endormir », « calmer ») qui donne aussi, proprement, assoupir, le mot est, en ancien français, devenu homonyme de assovir, assevir, assuir (« terminer, achever, accomplir ») qui dérive du latin assequor (« suivre jusqu'à, achever ») et explique le sens de « mener à bien, mener à terme [une vengeance, une passion] ».

Verbe modifier

assouvir \a.su.viʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rassasier pleinement, délivrer d’une faim vorace, contenter.
    • Dès ce temps, la lecture était devenue chez Louis une espèce de faim que rien ne pouvait assouvir: il dévorait des livres de tout genre, et se repaissait indistinctement d'œuvres religieuses, d'histoire, de philosophie et de physique. — (Honoré de Balzac, « Louis Lambert » in « La Comédie humaine »)
  2. (Par extension) Satisfaire un besoin, une envie.
  3. (Sens figuré) Satisfaire une passion violente.
    • Il ne fait que punir, traitant des peccadilles avec une sévérité démesurée, poursuivant des enfants innocents pour les fautes de leurs parents, châtiant des populations blanches comme neige pour les torts de leurs dirigeants, s'abaissant même, pour assouvir Sa soif de vengeance, à verser le sang d'inoffensifs agneaux, veaux, moutons et bœufs, en punition d'affronts insignifiants commis par leurs propriétaires. — (Mark Twain, De la religion: Dieu est-il immoral ?, 1906)
    • Châteaubedeau défendait sa vie, mais Cornebille assouvissait sa haine, ce qui le rendait fort. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 173)

Dérivés modifier

Traductions modifier

Traductions à trier modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

Ancien français modifier

Verbe modifier

assouvir \Prononciation ?\

  1. Variante de assovir.

Références modifier