décréter

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de décret avec le suffixe -er.

Verbe Modifier

décréter \de.kʁe.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ordonner, régler par un décret.
    • La Commune décréta le 29 mars l'abolition de la conscription et l'enrôlement dans la garde nationale de tous les citoyens valides ; […]. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Décréter une levée en masse.
  2. (Par extension) Lancer un décret contre quelqu’un ou quelque chose.
    • Les proscrits avaient le droit d'emporter leurs biens meubles. Mais leurs biens de mainmorte (immeubles, champs, vignobles, caves greniers) furent décrétés propriété royale et confisqués. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Absolument) Décréter contre quelqu’un.
    • (Par extension) Décréter une terre, une maison afin qu’elle soit vendue.
  3. (Figuré) Décider souverainement.
    • Le dernier jour des terriens était arrivé et Arcvad le puissant avait décrété leur mort pour minuit, heure de Mars, — 11 heures du matin à New-York. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les Réfractaires, n°1, janvier 1914)
    • Les gentils cons qui décrétaient le Bien et le Mal comprenaient qu'un garnement tirât les cheveux d'une fillette, pas qu'il lui roulât un patin ! Sœur Marie me le fit bien savoir ! Purification de ma bouche vilaine par la cascade d’ave au pied de saint Joseph. — (Pierre-Robert Leclercq, Les Gabyandre, Librairie Fayard, 1978)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier