FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De enclint, forme de l'ancien français encliner (« incliner »), lui-même du latin inclinare, même sens.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin enclin
\ɑ̃.klɛ̃\
enclins
\ɑ̃.klɛ̃\
Féminin encline
\ɑ̃.klin\
enclines
\ɑ̃.klin\

enclin \ɑ̃.klɛ̃\

  1. Qui est porté de son naturel à quelque chose.
    • Il est enclin au bien. On le dit plus ordinairement en mauvaise part.
    • Il est enclin au mal, à l’ivrognerie.
    • La jeune fille se rendit à ce raisonnement, car on est toujours enclin à choisir la route de la facilité, moins pentue que celle du devoir. — (San Antonio, Trempe ton pain dans la soupe , S-A 173 , Fleuve noir, 1999)
    • « [...] Elle est un peu plus timide, un peu plus encline à l’introspection que moi. [...] » — (Damien Leloup, « Felicia Day : « La culture geek est avant tout une contre-culture »», Le Monde.fr, 26 juin 2014)
    • On les disait peu enclins à se porter volontaires pour la guerre – tout particulièrement la Seconde Guerre mondiale. — (Josée Legault, « Se souvenir de quoi, au juste? », Le journal de Montréal, 12 novembre 2020)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

enclin masculin

  1. Enclin, courbé, soumis.

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844