Étymologie

modifier
(XIIe siècle)[1] En ancien français ensorcerer, dérivé de sorcier[2] avec le préfixe en-, devenu ensorceler par dissimilation des deux \r\.

ensorceler transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Troubler physiquement ou moralement par de prétendus sortilèges.
    • Elle avoua que depuis long-temps, et de concert avec le démon, elle avait pratiqué la magie et les maléfices, qu’elle avait positivement ensorcelé la pauvre madame Lutkens. — (E.T.A. Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, traduit par Henry Egmont)
  2. (Sens figuré) Troubler par une violente passion, un amour qui va jusqu’à la folie, jusqu’à la fureur.
    • Nous avons appris tout à la fois le funeste destin de Front-de-Bœuf, et ta fuite avec cette belle sorcière juive dont les yeux noirs t’ont ensorcelé. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. Captiver.
    • Est-ce l’atmosphère de cete ville qui m’ensorcelle? — (Rose-Line Brasset, Juliette à Venise, éditions Hurtubise, 2024, page 86)
    • Vous nous ensorcelez, vous enchantez nos sens. — (Jean Desmarets de Saint-Sorlin, Visionnaires)

Antonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier