Voir aussi : execrable

Français modifier

Étymologie modifier

Mot dérivé de exécrer, avec le suffixe -able.

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
exécrable exécrables
\ɛɡ.ze.kʁabl\
ou \ɛk.se.kʁabl\

exécrable \ɛɡ.ze.kʁabl\ ou \ɛk.se.kʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qu’on doit exécrer, dont on doit avoir horreur.
    • Forfait exécrable.
    • C’est un homme exécrable.
    • Il a des mœurs et des opinions exécrables.
    • Que venait-on faire sur la terre ? quel était le sens de cette existence exécrable, sans égalité, sans justice, qui lui apparaissait comme le cauchemar d’une nuit de délire ? — (Émile Zola, Le Docteur Pascal, G. Charpentier, 1893, chapitre XIV)
  2. (Familier) Qui est extrêmement mauvais.
    • Le village auvergnat est resté malpropre, boueux, puant, délavé par les purins ; il est sans lumières ; les conditions d’habitation y sont exécrables. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La circulation à Paris lui avait paru exécrable, dangereuse, des maniaques au volant qui avaient l’œil fixé sur le bout du capot comme des gosses dans des autos-tamponnantes. — (André Girod, Ilkya, Éditions Publibook, 2010, page 174)
    • Il a fallu « déflotter » les morceaux de la carlingue par une météo exécrable et sous une pression médiatique formidable. — (Frédéric Charpier, Au cœur de la P.J., 1996)

Dérivés modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier