Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de force et de ordre.

Locution nominale Modifier

Invariable
forces de l’ordre
\fɔʁs də l‿ɔʁdʁ\
 
En France, la gendarmerie et la police sont les deux principales institutions qui constituent les forces de l’ordre.

forces de l’ordre \fɔʁs də l‿ɔʁdʁ\ féminin pluriel, invariable

  1. Ensemble des agents de l’autorité chargés de faire régner l’ordre public et de faire appliquer la loi.
    • Le 10 juillet 79, un décret condamnait à deux ans de prison toute personne qui tentait de porter des accusations sur le passé des membres de l’armée ou des forces de l’ordre, sans motif justificatif. — (Chapour Haghighat, Iran : La révolution inachevée et l’ordre américain. Paris : Éditions Anthropos, 1980. Page 99 (page 108 dans la réédition numérique.)
    • J’aimerais le haïr, mais Spence est un type bien. À l’époque, Kylie l’avait lourdé parce qu’elle débutait dans les forces de l'ordre et qu’il sniffait de la coke chaque jour de la semaine. — (James Patterson, Tapis rouge, traduit de l’anglais, éd. L'Archipel, 2014, chap. 12)
    • Les forces de l’ordre ont dispersé des manifestants qui s’étaient rassemblés devant le palais présidentiel pour protester contre le projet de construction d’une statue à l’effigie du président, jugé inapproprié et trop coûteux par l’opposition.
  2. (Usage critiqué) Désigne aussi les personnes faisant partie de l’ensemble des agents chargés du maintien de l’ordre.

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier