FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de gambade avec la désinence -er.

Verbe Modifier

gambader \ɡɑ̃.ba.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire des gambades.
    • Les chiens n'avaient point trop souffert de leur longue séquestration, et ils s'élancèrent en gambadant dans la cour intérieure. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Deux cavaliers […], suivaient au grand trot la rive gauche de la grande Canadienne, tandis que plusieurs limiers à la robe noire, tachée de feu aux yeux et au poitrail, couraient et gambadaient autour d’eux. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Accompagné du chat qui gambadait près de lui, il se remit en route et parvint à un autre escalier qui grimpait contre un rocher surplombant, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 339 de l’édition de 1921)
    • Toute la nuit, des gens louvoient sous mes fenêtres, vocifèrent, gambadent, font entendre de long ricanements. []. Quelle est cette interminable bamboche, cette effrénée descente de la Courtille ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Figuré)Ah! l'homme, dis-le-moi, si tu le sais, l'homme, frêle jouet, gambadant suspendu aux fils des passions, ne serait-il qu'un pantin qu'use la vie et que brise la mort? — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • On n’imaginait pas qu’une vache normande se mette à gambader, l’idée même avait quelque chose d’rrévérencieux, une simple accélération de leur démarche n'aurait pu à mon avis se produire que dans une situation de péril vital extrême. Amples et majestueuses, les vaches normandes étaient, et ceci semblait largement leur suffire. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, pages 136-137.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier