Étymologie

modifier
Dérivé de garder, avec le suffixe -eur.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
gardeur gardeurs
\ɡaʁ.dœʁ\

gardeur \ɡaʁ.dœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : gardeuse)

  1. Celui qui garde des animaux.
    • Les oiseaux faisaient entendre leurs prolixes concerts ; le chant monotone d'un gardeur de chèvres y joignait une sorte de mélancolie, […]. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Bientôt, trouvant qu’une seule femme légitime ne lui suffisait pas, Haribert donna solennellement le titre d’épouse et de reine à une fille nommée Theodehilde, dont le père était gardeur de troupeaux. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • Il y avait un vieux gardeur de moutons, très-brave homme, qui tous les jours, à la même heure, menait ses bêtes brouter les herbes salées de la falaise. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 29)
    • Dès sa première communion, gagé par l'un ou par l'autre, gardeur de chèvre, ou de vaches, aide-berger, sarcleur de betteraves, bûcheron à l'occasion, il était sans l'avoir appris devenu habile […]. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 18)
  2. Celui qui assure la garde d'enfants.
  3. Celui qui conserve des objets durablement.

Variantes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier


Paronymes

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier