Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
herbe-à-cochon herbes-à-cochon
\ɛʁb a kɔ.ʃɔ̃\

herbe-à-cochon \ɛʁb a kɔ.ʃɔ̃\ féminin

  1. (Populaire) Nom vernaculaire ou local de nombreuses plantes adventices des cultures:
    1. (Moitié nord de la France) Renouée persicaire ou renouée des oiseaux.
      • On indique comme plantes les plus nuisibles aux récoltes, […]; la traînasse ou herbe à cochon (polygonum); et la renoncule rampante, […]; elle est très-nuisible à cause de sa facile propagation. — (Louis Graves, Précis statistique sur le canton d'Auneuil, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais : chez Achille Desjardins, 1831, p.78)
    2. (Picardie) Capselle bourse-à-pasteur ou matricaire camomille selon les localités.
    3. (Dauphiné & Puy-de-Dome) Amarante.
    4. (Picardie, Bourgogne & Orne) Mouron des oiseaux.
    5. (Lorraine & Franche-Comté) Chénopode blanc ou renouée liseron selon les localités.
    6. (Régionalisme) Potentille ansérine.
      • L’ansérine, ou plutôt la potentille ansérine, « herbe aux oies », « bec d'oie », « patte d'oie », « herbe à cochons » (potentilla anserina), est une mauvaise herbe qui supporte très bien d'être foulée au pied. — (Henri Lamendin, Soignez votre bouche par les plantes: Remèdes d'hier et d'aujourd'hui, Éditions L'Harmattan, 2007, p.21)

VariantesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  • Agnès Bouët, Stanislas Crouzier, Jacques Montégut & Jean Marmarot, Dénominations régionales et locales des herbes des champs, Éditions ACTA, Paris, 1981 & 1982, p.50