inoccupable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Fin XVIIIe siècle) Dérivé de occuper, avec le préfixe in- et le suffixe -able.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
inoccupable inoccupables
\i.nɔ.ky.pabl\

inoccupable \i.nɔ.ky.pabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne peut pas être occupé.
    • [...] pour qu’une marchandise puisse être déclarée de bonne prise, il faut que les effets ou marchandises de propriété ennemie soient trouvés ou sur le propre terrain des belligérans[sic], ou dans un lieu occupé par l’ennemi, ou dans un lieu exempt de toute jurisdiction[sic], tel que seroit la vaste et inoccupable mer ; [...] — (Domenico Alberto Azuni, Système universel de principes du droit maritime de l’Europe, tome second, traduction de J. M. Digeon, Digeon, Paris, 1798, pages 214-215)
    • Si le fort était armé de pièces d’un plus gros calibre, ce contre-fort serait inoccupable par l’ennemi, tant que nous serions maîtres de ce fort. — (Paul Thiébault, Journal des opérations militaires du siège et du blocus de Gênes, précédé d'un Coup-d’œil sur la situation de l’armée d’Italie, depuis le moment où le général Masséna en prit le commandement, jusqu’au blocus, Magimel, Paris, 1800, page 74)
    • Un tel lieu est, à l’évidence, inoccupable puisqu’il ne se définit et ne se maintient que de l’inéluctable et permanente mutation de ses coordonnées. — (Alain Caillé, La Démission des clercs : la crise des sciences sociales et l’oubli du politique, La Découverte, Paris, 1993, page 93)

AntonymesModifier

TraductionsModifier