laïcité

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’adjectif « laïc » (ou « laïque ») avec le suffixe -ité.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
laïcité laïcités
\la.i.si.te\

laïcité \la.i.si.te\ féminin

  1. Principe de séparation entre l'État et les institutions religieuses, l’État n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Églises aucun pouvoir politique.
    • La laïcité est engagée dans une lutte âpre et décisive contre le cléricalisme. L'État se bat contre l'Église. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le terme d’islamophobie remplit plusieurs fonctions: nier pour mieux la légitimer la réalité d’une offensive intégriste en Europe, attaquer la laïcité en l’assimilant à un nouveau fondamentalisme. — (Pascal Bruckner, L’invention de l’« islamophobie », Libération, 23 novembre 2010)
    • Nous sommes en chemin vers une affirmation paradoxale : plus je suis croyant, moins je devrais le montrer. La laïcité est anticléricale et non antireligieuse, comme l’actera la loi de décembre 1905. — (Charles Coutel, Les philosophes des Lumières, nos contemporains, Marianne, n° 878, 8 janvier 2016, page 58)
    • Jésus avait pourtant créé la laïcité en déclarant « Rendez à César ce qui revient à César, à Dieu ce qui revient à Dieu » ou « Qui m'a établi pour vous juger ou régler vos partages? », or le contraire se développait : le religieux, loin de s’affranchir du politique, du militaire, de l’économique et du civil, s’y infiltrait, voire les préemptait. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L'Homme qui voyait à travers les visages, 2016, chaapitre 16)
  2. Caractère de neutralité religieuse, d’indépendance à l’égard de toutes Églises et confessions.
    • À coup sûr, l’essence de la laïcité, mis à part la séparation de la religion et de l’État, est l’acceptation de la proposition selon laquelle il n’y a pas de finalité des formes, pas de possession exclusive de la vérité absolue et indivisible. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 159)
  3. Absence d’emprise de la religion sur la société.
    • D’un point de vue philosophique, la laïcité est une construction intellectuelle tendant à empêcher l’emprise de toute confession sur la société, ce qui a pour conséquence de proscrire l’imposition d’une religion civile par le politique tout en renvoyant les affaires spirituelles à la sphère privée. — (Mathilde Philip-Gay, Droit de la laïcité, 2016, éditions Ellipses, page 13)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • laïcité dans le recueil de citations Wikiquote  
  • laïcité sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier