marquer d’une pierre noire

Étymologie

modifier
Autrefois, on disait « marquer d’un caillou blanc ». Référence nécessaire
Le noir et le blanc ont toujours été opposés : le noir est associé à l’ombre, au choses négatives alors que le blanc est associé à la lumière, aux choses positives.
Depuis longtemps, les pierres blanches (comme les noires) ont des rôles particuliers. En voici quelques exemples :
Dans l’antiquité, les membres d’un jury disposaient de deux cailloux, un blanc et un noir. Selon qu’ils considéraient l’inculpé comme coupable ou innocent, ils devaient poser devant eux le caillou noir ou le blanc. À la même période, le caillou blanc, gravé au nom de l’invité, servait aussi de « carton d’invitation » pour les banquets. Dans une histoire de la philosophie tibétaine, les cailloux blancs marquent les pensées positives, les cailloux noirs, celles négatives. Référence nécessaire

Locution verbale

modifier

marquer d’une pierre noire \maʁ.ke d‿yn pjɛʁ nwɑʁ\ (se conjugue → voir la conjugaison de marquer)

  1. Signaler une période de temps comme néfaste et particulièrement mémorable parce qu’un événement malheureux ou défavorable s’y est produit.
  2. Faire date, en parlant d’un événement particulièrement déplorable.
    • 1878 avait été une année sans pluie. Tout comme 1877, et 1876 avant elle. Une année noire à marquer d’une pierre encore plus noire. — (Philippe Morvan, Les Fils du Ciel, Calmann-Lévy, 2021)
    • C’est une journée à marquer d’une pierre noire.

Antonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier
  • France (Lyon) : écouter « marquer d’une pierre noire [Prononciation ?] »
  • Somain (France) : écouter « marquer d’une pierre noire [Prononciation ?] »

Voir aussi

modifier