Voir aussi : Messie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Messias, emprunté au grec biblique μεσσίας, messías, de l’araméen ܡܫܝܚܐ, meshiḥa (« oint du Seigneur »), lui même calque de l’hébreu משיח, mashiaḥ (« oint du Seigneur »), du verbe משח, mashaḥ (« oindre »). L’équivalent grec de mashiaḥ est Χριστός → voir Christ.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
messie messies
\me.si\
ou \mɛ.si\

messie \me.si\ ou \mɛ.si\ masculin

  1. (Religion) Libérateur promis par Dieu dans l’Ancien Testament (pour les chrétiens, il s'agit du Christ).
    • Les messies pullulaient en Galilée. Il ne se passait pas six mois sans qu'il en apparaisse. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
    • Un messie tombe-t-il malade ? Un messie succombe-t-il à une fièvre ? — (Marek Halter, Le Messie, 2011)
    • Plutôt être un exterminateur qu’un messie — Un individu persuadé d’incarner le messianisme en bavera des ronds de chapeau pour mener à bien la tâche qui l’attend : sauver l’humanité... de rien d’autre que d’elle-même. — (Jean-Laurent Pawlowski, Fils de chien! , Éditions Antisthène et Cratès, 1998)
  2. (Figuré) Personnage qui était attendu avec une grande impatience.
    • — Je vous attendrai comme le messie, dit Marcel. — Pas si longtemps, dit Musette en riant. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème , 1848)
    • Pour les Martiens, Arcvad représentait le Messie. Pendant 130 ans cet esprit gigantesque avait enfanté inventions, poèmes, visions, harmonies nouvelles construites sur les débris d'esprits moins doués. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les réfractaires, n°1, janvier 1914)

NotesModifier

Le mot est le plus souvent écrit avec une majuscule quand il s’agit de Jésus-Christ : le Messie.

Variantes orthographiquesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

ParonymesModifier

Voir aussiModifier

  • messie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier