Voir aussi : pêcheur

Français modifier

Étymologie modifier

(Siècle à préciser) Du latin peccator → voir pécher et -eur.

Adjectif modifier

(orthographe traditionnelle)
Singulier Pluriel
Masculin pécheur
\pe.ʃœʁ\

pécheurs
\pe.ʃœʁ\
Féminin pécheresse
\pɛ.ʃ(ə).ʁɛs\
pécheresses
\pɛ.ʃ(ə).ʁɛs\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
Masculin pécheur
\pe.ʃœʁ\

pécheurs
\pe.ʃœʁ\
Féminin pècheresse
\pɛ.ʃ(ə).ʁɛs\
pècheresses
\pɛ.ʃ(ə).ʁɛs\

pécheur \pe.ʃœʁ\

  1. (Religion) Qui pèche, commet des péchés, et par exemple transgresse une loi morale ou religieuse.
    • Une âme pécheresse.

Traductions modifier

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
pécheur pécheurs
\pe.ʃœʁ\

pécheur \pe.ʃœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : pècheresse)

  1. (Religion) Personne qui commet des péchés, qui est sujet au péché, qui est enclin au péché, qui est dans l’habitude du péché.
    • La mère Malard, branlant son bonnet noir, en a avalé les « Ave Maria » qu’elle bavotte à mi-voix, au long des heures, pour la conversion des pécheurs. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 20)
    • Elle ne parle pas ce langage, bien sûr ! Oserait-elle troquer le doux roucoulement méridional contre cette brocaille sèche, ce brocard de pierrailles qu’on jurerait de l’allemand ? Ah ! pécheresse ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • L’opposition entre le juste et le pécheur, ou le croyant et l’impie, implique qu’aucune entité incroyante ne saurait être tolérée. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 52)
    • Que je le plains, pécheur, en ton heure dernière !
      Les maux les plus affreux sont amassés sur toi ;
      Le noir enfer, séjour rempli d’effroi,
      T’attend au bout de la carrière.
      — (Mort du pécheur, dans Félix Dupanloup, Manuel des petits séminaires et des maisons d’éducation chrétienne, 2e édition, 1844, page 106)
    • Avouer être pécheur veut dire avouer être limité, dans l’erreur, paralysé, et reconnaître ne pas accomplir les gestes d’amour qu'on pourrait faire. — (Robert Henckes, Au rendez-vous de Cana, éditions Fidélité, Namur, 1999, page 128)

Dérivés modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier









Paronymes modifier

Références modifier