prix de revient

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de prix et de revient.

Locution nominale Modifier

Singulier et pluriel
prix de revient
\pʁi də ʁə.vjɛ̃\

prix de revient \pʁi də ʁə.vjɛ̃\ masculin

  1. (Comptabilité) Somme des coûts supportés pour la production d’un produit.
    • « Une machine qui fonctionne vingt-quatre heures sur vingt-quatre, doit être amortie en quatre ans.
      « Si j’inscris d’un côté le salaire des ouvriers occupés à la semaine pendant ces quatre ans, et de l’autre côté le prix du dispositif d’automatisation auquel s’ajoutent le profil normal du capital supplémentaire ainsi immobilisé et le dixième du salaire précédent, à raison d’un surveillant par dix machines, je m’aperçois que c’est la presse entièrement automatique qui me fait le prix de revient le plus élevé. C’est un peu difficile à comprendre… »
      — (Roger Vailland, 325.000 francs, 1954, réédition Le Livre de Poche, page 156)
    • Ensuite, une loi du 13 septembre 1942 impose aux vignerons de vendre leurs vins aux porteurs de bons d’achat délivrés par le Service des boissons. De plus, les prix des vins taxés sont inférieurs aux prix de revient, et cette situation ne fait que s'aggraver avec la hausse rapide des frais d'exploitation. — (Pierre Dauga, Histoire de la viticulture: des Pyrénées-Orientales au XXe siècle, Trabucaire Editions, 2006, page 65)
    • La difficulté d’établir un prix et le risque de situations monopolistiques conduisent à la nécessité d’un marché où les produits s’échangent au plus proche de leur « prix naturel » (le prix de revient) grâce à la rationalité des vendeurs et des acheteurs et à la concurrence. — (Libre-échange I : la théorie classique et les autres théories, par Jean Bourdariat, le 4 février 2011, sur le site Humandee : Human Management & Development (www.humandee.org/))
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier