Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin proferre.

Verbe Modifier

proférer \pʁɔ.fe.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Prononcer ; articuler ; dire tout haut.
    • — Je ne me permettrai jamais de proférer une autre opinion que la vôtre, monsieur le Grand Doyen. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 128.)
    • Pas tant de chichis, proféra la grosse voix de Tacherot. Appelle-la Carmen... Ça ne la gênera pas. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 74)
    • On appelle maintenant Derbo, le grand ministre de Mamma. Celui-là fait quelques difficultés pour accepter son incarnation. C'est en vain que le chœur profère son pressant appel, en vain que les mains agitent les tambourins. — (Out-el-Kouloub, « Nazira », dans Trois contes de l'Amour et de la Mort, 1940)
    • Personne n’arrivait à placer un mot ni à proférer une consolation, toute la ville avait avalé sa langue dépassée par le triste sort du jeune homme. — (Lidya Kastoryano, Quand l'innocence avait un sens: Chronique d'une famille juive d'Istanbul d'entre les deux-guerres, Éditions Isis (Collection Les cahiers du Bosphore, n°9), 1993, p. 143)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier