promontoire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin promunturium (même sens).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
promontoire promontoires
\pʁɔ.mɔ̃.twaʁ\

promontoire \pʁɔ.mɔ̃.twaʁ\ masculin

  1. Cap ; pointe de terre élevée qui s’avance dans la mer.
    • Ce lac est une véritable mer méditerranéenne, […]. D'un dessin très irrégulier, étranglé dans sa partie centrale par deux promontoires aigus, il affecte au nord la disposition d’un triangle évasé. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Le village indien de Sticoë, avec ses tombes pyramidales et ses huttes en ruines, se montrait à notre gauche, au détour d’un promontoire ; […]. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Sur la côte inhospitalière de l’Atlantique battue par les vents et la houle du large, à mi-chemin environ entre le cap Spartel et Mogador, s'ouvre une baie spacieuse, entre un promontoire rocheux et une presqu’île frangée d'écume. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 19)
    • La rade de Casablanca, comprise entre la presqu'île d’Oukacha à l'est et le promontoire d'El-Anq que prolongent des écueils dangereux à l'ouest, est spacieuse, mais trop évasée et exposée par suite à l'assaut des vents violents et des lames qui déferlent jusqu'à terre. — (Jean La Revelière, Les énergies françaises au Maroc: études économiques et sociales, Plon-Nourrit & Cie, 1917, page 72)
    • Le navire ayant été dépallé dans le Sud par un courant polaire, le cap Brewster, promontoire septentrional du Scoresby Sund, était à une dizaine de milles au N.-W. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Dans un grand épanchement de clarté, je vois, sous les pins des promontoires, une côte éclatante, d’immenses baies toutes bleues, une théâtrale enluminure, où la ligne déchiquetée des porphyres limite en ses anfractuosités rougeoyantes l’azur doré de la mer. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Par analogie)Je m’engage sur la pente. Zinder est là-bas, au centre d’une vaste crique à l’apparence de golfe desséché que bornent, à l’Est et à l’Ouest, des coteaux pierreux en forme de promontoire. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 14)
    • Lisa redémarra et se dirigea vers la rive nord, surplombée par l'église de Saint-Martin-du-Tertre, perchée sur un promontoire calcaire comme un phare céleste pour la ville entière. Sur le clapot des eaux sombres de l'Yonne, le ciel plombé créait des ondes oscillant entre le gris et le noirâtre, […]. — (Jacques Saussey, Colère Noire, French Pulp éditions, 2016, chapitre 7)

SynonymesModifier

  • Ce mot n’est guère usité que dans le style soutenu et qu’en parlant de la géographie ancienne ; dans la géographie moderne, on dit: cap.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier