FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De avilir, avec le préfixe r-.

Verbe Modifier

ravilir \ʁa.vi.liʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se ravilir)

  1. Rendre vil et méprisable.
    • Une si étrange dépravation qui nous fait voir d’un côté combien notre orgueil nous enfle, et de l’autre combien notre sensualité nous ravilit… — (Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même)
    • Ô qu’il était éloigné de ces prédicateurs infidèles qui ravilissent leur dignité jusqu’à faire servir au désir de plaire le ministère d’instruire ! — (Bossuet, Oraisons funèbres)
  2. (Pronominal) Devenir vil et méprisable.
    • Ce que Jésus-Christ est venu chercher du ciel en terre, ce qu’il a cru pouvoir, sans se ravilir, racheter de son sang, n’est-ce qu’un rien ? — (Bossuet, Oraisons funèbres)
    • Il ravilit entièrement l'autorité des Conciles, prétendant qu'ils n'ont pouvoir que de consulter & d'exécuter. — (Pierre Bayle, Jean Le Clerc, Jacques Bernard, Nouvelles de la république des lettres, 1703)

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier