Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De re- et escorre (« se sauver »).

Verbe Modifier

rescorre \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Secourir, délivrer.
    • Ge la rescox a mon pooir. — (Floire et Blanceflore)
    • Comment messire Jehan le Bouteiller et messire Hubert du Fresnoy furent recoux de mort. — (Froissart, XVe s.)
    • L'ung d'eulx fut tellement empressé par une tourbe d'ennemis, qu'il fut porté à terre et en dangier d'estre mort ; l'autre frere, qui l'aymoit autant que soy mesme, aventura son corps tellement et si vaillamment qu'il se bouta en la foule et recousyt son frere. — (Le Jouvencel, XVe s.)
    • Un forçat se coupa la jambe avec un couteau pour se jetter à l'eau, dont il fut recous et pendu. — (D'Aubigné, Histoires, XVIe s.)
    • Rescorre à, échapper des mains de.

VariantesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier