FrançaisEdit

ÉtymologieEdit

(1843, dans le sens 2)[1] De l’anglais tweed. Selon une anecdote très répandue, le mot anglais serait une erreur de transcription du scots tweel (variante de twill) commise dans les années 1830 par un employé du marchand écossais James Locke, fournisseur de la bonne société londonienne en vêtements de laine écoissaise installé sur Regent Street. Cet employé aurait pris le mot tweel comme une marque commerciale tirée du nom de la Tweed, fleuve d’Écosse. Plus vraisemblablement, tweed serait une abréviation du participe passé tweeled ou de tweedle (variante de tweel), et l’homonymie avec le nom du cours d’eau aurait été exploitée à des fins publicitaires[2].
En français, tweed désigna à l’origine et pendant plusieurs décennies les costumes en tweed - essentiellement des paletots, davantage que le tissu lui-même[3]. Les costumes en tweed portèrent également, par erreur, le nom de twine (référencé par quelques dictionnaires[4]) dès 1842 et jusqu’aux années 1900.

Nom commun Edit

Singulier Pluriel
tweed tweeds
\twid\
 
Une veste en tweed.

tweed \twid\ masculin

  1. Tissu de laine, généralement de deux couleurs, originaire d’Écosse.
    • Vous feriez sourire M. Gerfaut, qui ne perd pas souvent son temps à rire. Regardez-le, sec, nerveux, bilieux, longs favoris, œil scrutateur, parole brève, soulignant chaque mot d’un chiffre ; chapeau droit, redingote noire, pantalon de tweed, parapluie breveté. — (Hector de Callias, Les mirages parisiens, L. Toinon et Cie, 1867, page 112)
    • Dirait-il que le mouvement de la marche avait révélé la doublure de ce vêtement – était-ce de la castorette ? –, outre une jupe de tweed qui descendait jusqu'au genou ? Du tweed irlandais, d'une austérité atténuée par des filaments orange et violets, dans ce brun en harmonie avec des collants de fine laine, […]. — (Angelo Rinaldi, Où finira le fleuve, Fayard, 2006, chapitre 1)
  2. (Désuet) (Parfois féminin) Costume en tweed (paletot, pardessus...).
    • Cependant, mon parti étant pris de ne pas reculer, j’acceptai mon mal en patience, et, après m’être le plus soigneusement possible enveloppé dans ma tweed et m’être bien enfoncé dans mon coin, je me mis à considérer mes compagnons de voyage. — (Marie de L’Épinay, Berthilde, V. Magen, 1845, pages 246-247)
    • C’était un garçon que l’on pouvait montrer avec quelque fierté, vêtu de son tweed de bonne étoffe, toujours propre et dont il prenait grand soin. — (Jules Verne, P’tit-bonhomme, J. Hetzel, 1893, page 146)

SynonymesEdit

Vocabulaire apparenté par le sensEdit

TraductionsEdit

Voir aussiEdit

RéférencesEdit

  1. Gravures, Le Journal des coiffeurs, 01/01/1843, page 2
  2. « tweed » dans le Dictionary of the Scots Language (en anglais)
  3. « tweed », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  4. Collectif, Complément du Dictionnaire de l'Académie française, Firmin-Didot, 1881, page 1234

AnglaisEdit

 

ÉtymologieEdit

(1831 ou ultérieur) Du scots tweel ou tweedle.

Nom commun Edit

tweed \twiːd\

  1. Tweed