à loisir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir loisir

Locution adverbiale Modifier

à loisir \a lwa.ziʁ\

  1. À son aise, à sa commodité, sans se presser.
    • Il avait modestement baissé les yeux, et souriait toujours. Je pus l'examiner à loisir. — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch; Don Juan de Kolomea in « Contes Galiciens », traduction anonyme de 1874)
    • Pendant ce temps le chevalier noir et son joyeux guide s’avançaient à loisir dans les replis de la forêt ; […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ce fut alors que M. de Morvelle put observer à loisir ses nouveaux amis politiques. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Celui qui, au sommet de l'Etna promène à loisir ses yeux autour de lui, est principalement affecté par l’étendue et par la diversité du tableau. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire,)
    • Il lui suffira d'interroger l'horizon, de constater qu'aucun sergent de ville, aucun témoin indiscret n'est à portée, et il pourra tout à loisir retourner les poches du poivrot inconscient.— (Guy Tomel, Le bas du pavé parisien, éd. G. Charpentier & E. Fasquelle, 1894, p. 152)
    • (Figuré)La Garonne devenant divagante multiplie, à loisir, les « gaules » ou « gaures », c'est-à-dire ses bras, et les « îles », résultant de l’atterrissement des graviers vite envahis par la végétation spontanée et bientôt exhaussées par la rétention du limon. — (Une histoire de la Garonne, sous la direction de Janine Garrisson-Estebe et de Marc Ferro, collection Des fleuves & des hommes, Paris : chez Ramsay, 1982, p. 408)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier