Voir aussi : chambre, chambré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Ellipse de Chambre des députés.

Nom propre Modifier

Singulier Pluriel
Chambre Chambres
\ʃɑ̃bʁ\

Chambre \ʃɑ̃bʁ\ féminin

  1. (France) (Par ellipse) Chambre des députés, l’ancien nom de l’Assemblée nationale.
    • Et la Chambre, par l’organe d’un orateur complaisant, accusera l’imprévoyance et l’égoïsme de chaque citoyen en particulier, sans se demander si elle n’a pas une part de responsabilité dans la situation qu’elle déplore. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l'amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Cette déclaration provoqua un fort tapage à la Chambre; tous les députés qui se piquent de philosophie intervinrent dans le débat; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La morale des producteurs, 1908, p.315)
    • J'aurais parfaitement compris que Paul Boncour montât à la tribune et démontrât à la Chambre et au pays que le projet du gouvernement ne tenait pas compte, du point de vue bourgeois même, des nécessités actuelles. — (Ludovic-Oscar Frossard; Pour la IIIe Internationale, discours prononcé au XVIIIe Congrès de la S.F.I.O. à Tours en décembre 1920)
    • La Chambre, consultée, s’ajourne au lendemain; les députés, avides de nouvelles, se hâtent de se séparer. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Et il faut que notre expérience s'incline devant les idées préconçues et les principes d'un tas de crétins, envoyés à la Chambre parce qu'ils ont bien déliré pendant les trois semaines d'une période électorale dans les arrière-salles de café. — (André Cayatte & ‎Philippe Lamour, Un monstre, Nouvelles Éditions Latines,, 1934, p. 175)

Voir aussiModifier