Ouvrir le menu principal

Conventions internationalesModifier

Symbole Modifier

anc

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 de l’angas.

RéférencesModifier


BerrichonModifier

ÉtymologieModifier

Contraction de l'ancien berrichon anvec (toujours présent çà-et-là et commun en bourbonnais), par nasalisation de l'ancien français avoec issu du latin vulgaire *apud-hoque. La nasalisation a pu se faire très tôt par confusion entre l'élément apud et l'élément ab sous sa forme am, comme ce fut le cas pour apud dans les parlers occitans qui présentent amb.

Préposition Modifier

anc \ãk\

  1. Avec.

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • Hippolyte-Francois Jaubert, Glossaire du Centre de la France, 1856-1858
  • Pierre Galliot, Le bon vieux français du Berry, 2016

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

(XIe siècle) (hanc dans la Chanson de sainte Foy d’Agen) Du latin umquam (« un jour, quelquefois »).

Adverbe Modifier

anc

  1. Un jour, onques.
  2. Jamais, onques.
    • Anc non la vi et am la fort
      Anc no n’aic dreit ni no.m fes tort
      Quan no la vei be m'en deport
      No.m prez un jau
      Qu'ie.n sai gensor e belazor
      E que mais vau
      — (Guillaume IX de Poitiers, Farai un vers de dreit nien)
    • E trobet e cantet ben, e fo lo premiers bons trobaires que fon outra mon et aquel que fez los meillors sons de vers que anc fosson faichs. — (Vida de Peire d'Auvergne, (transcription de Michel Zink, Les Troubadours - une histoire poétique, 2013, p. 166))

VariantesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844