Voir aussi : Arien

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin Ariani (« ariens »), du nom du presbytre, théologien et ascète chrétien Arius.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin arien
\a.ʁjɛ̃\
ariens
\a.ʁjɛ̃\
Féminin arienne
\a.ʁjɛn\
ariennes
\a.ʁjɛn\

arien \a.ʁjɛ̃\

  1. Relatif à l’arianisme.
    • Un prince, un évêque arien.
    • Il faut savoir aussi, et on l'a souvent souligné, que ce baptême de Clovis, roi franc au nom germanique, n'a pas seulement décidé de l'engagement de la Gaule, puis de la France, dans le camp de l'Église; mais il a marqué aussi la victoire définitive du catholicisme sur les cultes anciens de divinités païennes, ainsi que sur l'hérésie arienne dans l'Occident tout entier. — (Gaston Duchet-Suchaux, Clovis, premier roi de France, Hachette, collection « Échos », 1986, p. 60)

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
arien ariens
\a.ʁjɛ̃\

arien \a.ʁjɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : arienne)

  1. (Religion) (Histoire) Hérétique chrétien, partisan de l’arianisme, qui niait la divinité de Jésus-Christ.
    • En outre, du fait de la conversion au christianisme de l'ancien païen Clovis et de l'ancien arien Sigismond de Bourgogne, l'autorité de l'Église devenait de plus en plus forte. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • … Abélard n'échappa au sort de Bérenger et de Roscelin. Saint Bernard, au concile de Sens, le fit condamner en affirmant qu'il comprenait la Trinité comme un arien, la grâce comme un pélagien et la Personne du Christ comme un nestorien. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)

TraductionsModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • arien sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier