Voir aussi : arrive

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé du participe passé de arriver.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin arrivé
\a.ʁi.ve\

arrivés
\a.ʁi.ve\
Féminin arrivée
\a.ʁi.ve\
arrivées
\a.ʁi.ve\

arrivé \a.ʁi.ve\ masculin

  1. Qui est arrivé.
    • La condition qui consiste dans un événement déjà arrivé n’a que les apparences de la condition; c’est une quasi-condition — (C. S. Zachariae von Lingenthal, G. Massé, C.-H. Vergé, Le droit civil français, éditeur Durand, 1857)
    • le premier homme arrivé au bord opposé attire, au moyen d’une corde, le crochet, le siège et son contenu. — (Edouard Charton, Le Tour du monde, 1873)
  2. Qui réussit.
    • La vertu était utile à cet homme arrivé; la force du poignet ne l’était pas moins à cet usurpateur que ni Byzance, ni ses vassaux, ni sa famille ne reconnaissaient. — (Jean Duché, L’histoire du monde, éditeur Flammarion, 1966)
    • Qui plus est, il a l’image d’un homme arrivé à la télévision, depuis sa nomination à la tête de TF1 en 1983 par la Haute Autorité, comme un favori du président. — (Revue Médiaspouvoirs, éditeur Bayard-Presse, 1994)

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
arrivé arrivés
\a.ʁi.ve\

arrivé \a.ʁi.ve\ masculin (pour une femme on dit : arrivée)

  1. Personne réussissant financièrement.
    • Chez les hommes de l’art prévaut alors le sentiment que l’exercice de la profession classe et déclasse, produit pour reprendre l’expression de l’un deux, « des ratés et des arrivés », « des élus et des parias ». En somme la vétérinaire a ses OS et ses PDG. — (Ronald Hubscher, Les maîtres des bêtes: les vétérinaires dans la société française, éditeur Odile Jacob, 1999)

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe arriver
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
arrivé

arrivé \a.ʁi.ve\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe arriver.
    • On débute par un bain de demi-heure à une heure, et on augmente tous les jours d’une heure environ, jusqu’à ce qu’on soit arrivé à ce qu’on appelle la haute baignée, qui se compose en général de quatre à cinq heures de bain le matin, et de une à deux heures l’après midi. — (Archives des sciences physiques et naturelles, 1849, page 182)

PrononciationModifier

HomophonesModifier