FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’arabe maghrébin عطاي, ʿaṭṭāy (« donneur »)[1], de l’arabe أَعْطَى, ʾaʿṭā (« donner »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
attaï attaïs
\a.taj\

attaï \a.tɑ̃j\ masculin

  1. Terme vulgaire lié à l’homosexualité.
    • Instinctivement, il a immobilisé la main du maître et en le regardant bien dans les yeux, il a articulé : — Attaï ! C’est l’insulte suprême pour un homme. — (Ambroise Queffélec, Le français en Algérie : Lexique et dynamique des langues, Ed° De Boeck Supérieur, 2002)
    • Il tombe à la renverse dans le peu d’eau qui nous entoure : — Attaï ben attaï ! Il m’insulte, insulte sur cette terre aussi suprême que banale. Un attaï est celui qui donne son terma, son cul. — (Jack Thieuloyl, Voltigeur de la lune : récit, Ramsay, 1984, p. 91)
    • Attaï !… Attaï !!… Attaï !!… criaient les rebelles au-dessus de nous. — Ils nous disent de nous tailler, s’indigna le gros Vignon. — Non, je crois qu’ils nous traitent de porcs […]. — (Michel Alibert, L’escadron : récit, Ed° L’Age d'Homme, Lausanne, Suisse, 2002, p. 98)

Variantes orthographiquesModifier

NotesModifier

L’anthropologue algérien Malek Chebel le définit comme suit : attaï : « pédéraste : insulte fréquente qui atteste que l’homosexualité est particulièrement décriée. Dans le langage trivial, cela signifie : "le donneur", car la conception en usage considère que seule l’homosexualité passive est condamnable. »[2]

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. Louis Massignon, Revue des études islamiques, Volume 10, P. Geuthner, 1936, p. 398
  2. Malek chebel, L’esprit de sérail : Mythes et pratiques sexuels au Maghreb, Payot & Rivages, 2003, p. 73