Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1546)[1] Mot dérivé de bel avec le suffixe -âtre.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bellâtre bellâtres
\bɛ.lɑtʁ\

bellâtre \bɛ.lɑtʁ\ masculin

  1. Homme chez qui l’impression de beauté est gâtée par un air de prétention niaise et de contentement de soi-même.
    • C’était bien le bellâtre que ses antécédents annonçaient ; mais l’âge l’avait déjà doté d’un petit ventre rond assez difficile à contenir dans les bornes de l’élégance. — (Honoré de Balzac, Illusions perdues, 1837)
    • – Eh ! dit âprement Mme Larralde, est-ce notre faute, à nous, si son bellâtre de capitaine la trompe ? Nous pâtissons déjà assez des fredaines de ce monsieur, et il faut, par-dessus le marché, que nous supportions son caractère, à elle. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 168.)
    • La cervelle du bellâtre se mit à bouillonner comme un chaudron de confiture. — (San-Antonio, Les cochons sont lâchés, 1991)
    • Derrière ma façade de stoïque bellâtre, je suis aussi solide qu’une statue de plâtre. — (Jonathan Painchaud, Pousse pousser)

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • bellâtre sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier