bonimenteur

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de bonimenter avec le suffixe -eur.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bonimenteur bonimenteurs
\bɔ.ni.mɑ̃.tœʁ\

bonimenteur \bɔ.ni.mɑ̃.tœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : bonimenteuse)

  1. Vendeur sur un marché, qui vante les bienfaits de sa marchandise.
    • Antoine de Maximy promène partout un air un peu distant de Kerouac aristocrate. Il pousse loin l’insolence du dialogue, avec une fausse hésitation, en retrait, plus efficace que l’excès familier des bonimenteurs de foire. — (Philippe Delerm, Le trottoir au soleil, Gallimard, 2011, collection Folio, page 134)
  2. (Cinéma) Présentateur chargé de commenter les films à l'époque du cinéma muet[1].
    • En effet, par la suite, la bonimenteuse s’en tient le plus souvent à un titre énoncé au début du plan. — (Alain Boillat, Du bonimenteur à la voix-over : Voix-attraction et voix-narration au cinéma, 2007)
  3. (Par extension) Vendeur à l’argumentation habile.
  4. (Figuré) Celui qui tient des arguments plus ou moins fallacieux dans le but de séduire, persuader ou convaincre.
    • Nous avons une bonne dizaine d'années devant nous pour contrer les effets toxiques des prédictions des millénaristes, des bonimenteurs religieux et des prophètes de malheur de toutes sortes qui prédisent un grand cataclysme pour l'an 2000. — (Claude Mac Duff, Survol des croyances et "religions" extraterrestres, dans Le Québec sceptique, n° 18, mai 1991)
    • La Cour des comptes dénonce les bonimenteurs de l’ère Hollande. — (Hervé Martin, La Cour des comptes dénonce les bonimenteurs de l’ère Hollande, Le Canard Enchaîné, 28 juin 2017, page 3)

SynonymesModifier

figuré

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. André Gaudreault et Germain Lacasse, « Le bonimenteur de vues animées », Iris, Revue de théorie de l'image et du son, n° 22, 1996