Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de bon avec le suffixe -ment.

Adverbe Modifier

bonnement \bɔn.mɑ̃\

  1. (Familier) De bonne foi ; naïvement ; avec simplicité.
    • Et tandis que le Roi Pausole demandait bonnement au fermier ses prévisions sur la récolte et les cours du marché au grain, […] — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le notaire avait tout bonnement reconnu les grandes qualités de mademoiselle Agnès […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Eh bien ! monsieur le commissaire, ajoutai-je, je suis tout bonnement un écrivain ; je fais des recherches sur la famille des Bucquoy de Longueval [...]. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Bien que les autorités se soient montrées encore rassurantes, la maladie de Lyme était devenue la plus fréquente des maladies vectorielles aux États-Unis dès les années 1990. Son incidence avait tout bonnement triplé entre 1992 et 2009. — (Chantal Perrin & ‎Roger Lenglet, L'Affaire de la maladie de Lyme: Une enquête, Actes Sud, 2016)
    • Si le mot "alcoolisme" est la définition « usuelle », le terme "œnolisme" est une expression plus médicale et assez élégante, mais à la campagne, on appelle ça tout bonnement "l’ivrognerie".
      Voilà un mot qui dit ce qu'il veut dire !
      — (Michel Petit, Taote Feti'i, un médecin de famille à Tahiti, Editions Publibook, 2012, p. 92)

PrononciationModifier

RéférencesModifier