Étymologie

modifier
(XIVe siècle) Du moyen français chevaleresse, du bas latin caballaria, dérivé de caballus (« cheval »).

Attestations historiques

modifier
  • (XVIIe siècle) Nous trouvons dans les Hiſtoires des Pays-bas des Chevalereſſes. Hemericourt au Chapitre xx. des Nobles du Pays de Liege, parle d’un Seigneur de Waroux nommé Breton le vieux qui eût ſix garçons tous Chevaliers, & deux filles Chevalereſſes. Humbert de Lexy ſecond fils de ce Seigneur de Waroux eût auſſi quatre filles Chevalereſſes.
    Il y a des Chevalieres de l’ordre de Saint Jean de Jeruſalem, qui ſont Religieuſes.
    A Nivelle on fait Chevalieres les Chanoineſſes apres leur reception, & à S. Quirin de News la premiere fois qu’elles prennent le Surplis c’eſt un Gentilhomme qui le nouë en ſigne de chevalerie.
    — (Claude-François Ménestrier, Les diverses especes de noblesse, & les manieres d’en dresser les preuves, R.J.B. de la Caille, 1682, page 233)
    Nous trouvons dans les Histoires des Pays-bas des chevaleresses. Hemericourt au Chapitre xx. des Nobles du Pays de Liège, parle d’un Seigneur de Waroux nommé Breton le vieux qui eût six garçons tous Chevaliers, et deux filles chevaleresses. Humbert de Lexy second fils de ce Seigneur de Waroux eût aussi quatre filles chevaleresses.
    Il y a des chevalières de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, qui sont religieuses.
    A Nivelle on fait chevalières les Chanoinesses après leur réception, et à S. Quirin de News la première fois qu’elles prennent le surplis c’est un gentilhomme qui le noue en signe de chevalerie.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
chevaleresse chevaleresses
\ʃə.va.l(ə).ʁɛs\
 
Penthésilée, une chevaleresse

chevaleresse \ʃə.va.l(ə).ʁɛs\ féminin (pour un homme, on dit : chevalier)

  1. (Histoire) (Noblesse) Celle qui avait reçu l’ordre de la chevalerie.
    • puis, ayant fait passer sur une nef particulière, et qui était connue pour sa marche rapide, toutes les comtesses, baronnesses, chevaleresses et bourgeoises de Londres qui allaient rejoindre la reine à Gand, il leur donna une garde de trois cents hommes d’armes et de cinq cents archers — (Alexandre Dumas, La Comtesse de Salisbury, tome III, Alexandre Cadot, 1848 (1re édition 1839), page 8)
    • Sophie Cassagnes-Brouquet, dans son ouvrage Chevaleresses, redonne vie à d’autres guerrières aussi réelles que Jeanne d’Arc. Bien que ses collègues historiens lui aient assuré qu’il n’en existait pas, l’historienne exhume des textes prouvant le contraire, qu’elle découvre aussi bien en France qu’ailleurs en Europe : « La plupart sont d’origine aristocratique ; certaines appartiennent au peuple, mais c’est plus rare. On trouve des jeunes filles, des femmes mariées, des veuves…En général, elles sont placées dans une situation où elles doivent se prendre en charge. Le mari est prisonnier ou mort. Elles deviennent le chef et prennent les armes. Ce sont bien des chevaleresses. Certaines se voient même dédier des traités militaires comme la reine Marguerite d’Anjou en Angleterre et elle s’en servira, car elle sera mise dans la position de commander une armée. » Certaines accompagnent aussi les hommes de la famille en croisade au Proche-Orient, et s’il faut défendre la Terre sainte, elles n’hésitent pas à se battre. — (Laureline Amanieux, « Des guerrières, de chair et de sang », dans La Croix, 29-30 juillet 2017 [texte intégral])
    • Guerrières, combattantes, preuses, chevaleresses ont, depuis le Moyen Âge, nourri nos imaginaires littéraire et iconographique. Certaines de ces femmes ont bien existé, intégrant parfois des ordres combattants, des bataillons de croisés… — (Xavier Mauduit, Épisode 3 : Il était une fois les chevaleresses sur France Culture, 9 septembre 2020)
  2. (Histoire) (Noblesse) Épouse d’un chevalier[1].

Apparentés étymologiques

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

→ voir chevalière

Forme d’adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin chevalier
\ʃə.va.lje\

chevaliers
\ʃə.va.lje\
Féminin chevaleresse
\ʃə.va.l(ə).ʁɛs\
chevaleresses
\ʃə.va.l(ə).ʁɛs\

chevaleresse \ʃə.va.l(ə).ʁɛs\

  1. Féminin singulier de chevalier.

Dérivés

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier

Sources

modifier
  1. « caballarius », dans le FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch), volume 2, page 3, 1922-2002 → consulter cet ouvrage

Bibliographie

modifier

Étymologie

modifier
(XIVe siècle) Du bas latin caballaria, dérivé de caballus (« cheval »), d’origine romaine.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
chevaleresse chevaleresses
\ʃə.va.lə.rɛs(ə)\

chevaleresse *\ʃə.va.lə.rɛs(ə)\ féminin (pour un homme, on dit : chevalier)

  1. (Histoire) Celle qui fait partie d’un ordre de chevalerie.
    • La chamberiere.
      Je vous porteray compaignie
      Moult volentiers, se Diex me voie ;
      Saint Fiacre de cuer verroie.
      Il faut plenté de vertus belles,
      Car fieuses grans et méselles
      Garit ; contrais fait droit aler,
      Et aussy lez muez parler,
      Et lez aveugles enlumine ;
      Plain est de la grâce divine
      Se Dieu me voie.
      La chevaleresse.
      Alons-y droit par ceste voie ;
      Voir assez brievement y seron.
      Je te diray que nous feron.
      Va-t-en à l’uis de la chapelle :
      Sy attache ceste chandelle
      Sabs destrier.
      — (Achille Jubinal (éditeur), Mystères inédits du quinzième siècle, Paris, Téchener, 1837, t. 1, p. 349)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
  2. (Noblesse) Épouse d’un chevalier.

Références

modifier