courir comme un dératé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1750) Le point de côté était historiquement considéré comme un problème dû à la rate : conséquemment, on pensait que l’ablation de cet organe permettait de courir longtemps sans être essoufflé. La pratique de l’enlever à leurs athlètes était attribuée aux Anciens. → voir courir, comme, un et dératé.

Locution verbale Modifier

courir comme un dératé \ku.ʁiʁ kɔm œ̃ de.ʁa.te\ (se conjugue → voir la conjugaison de courir)

  1. Courir très vite.
    • Je cours comme un dératé depuis ce matin. — (Joris-Karl Huysmans, Marthe, histoire d’une fille, 1877)
    • On s’en va à pas de tortue dans la vie, lorsque les autres, ceux qui ont les pieds nus, courent comme des dératés. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Tout se passe très vite. D’obscurs grognements sortent de son masque à gaz. Des grognements nasillards et rocailleux. Puis il frappe sa poitrine à plusieurs reprises de son poing gauche. Il pète. Et aussitôt nous tourne le dos et court comme un dératé. — (Laurent Gaudé, Cris, 2001, p. 73)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • Rate sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier